Et si le monde allait beaucoup mieux que nous le pensons ?

Aucun commentaire :
Bonjour chers lecteurs,

Voici un article que je viens de lire (ici) et que je partage avec vous car comme vous le savez, mettre en avant ce qui va bien, les initiatives positives et tout ce qui fait chaud au cœur et donne envie d'entreprendre est quelque chose d'important pour moi : la diffusion des good vibrations en somme ! 

***

Docteur en psychologie et ancien journaliste, Jacques Lecomte s'intéresse depuis longtemps à la psychologie positive. Précurseur, il a fondé l'Association française et francophone de psychologie positive en 2009 et a porté le concept d'optiréalisme. Auteur de nombreux essais, il a enseigné les sciences de l'éducation à l'université Paris-Ouest-Nanterre La Défense. Il signe en ce mois de février 2017 un passionnant ouvrage aux éditions Les Arènes, Le monde va beaucoup mieux que vous ne le croyez.

Qu’est-ce qui vous a incité à écrire ce livre ?
En 2015, je me suis trouvé dans une situation paradoxale : tout le monde disait que c’était une année pourrie. Mais entre les attentats de janvier et ceux de novembre, l’ONU a publié un rapport qui dressait le bilan des actions du Programme du millénaire. En le lisant, j’ai réalisé que le monde allait beaucoup mieux que 15 ans auparavant. Bien sûr que les attentats qui ont frappé la France sont une chose grave. Mais ça ne veut pas dire tout ! La France n’est qu’une partie du monde et 2015 une partie du temps. Si on prend une vision plus large du temps et de l’espace, le monde va mieux qu’avant. J’ai eu envie de faire passer l’idée qu’il y avait un décalage entre l’image qu’on en avait et la réalité. Ca a été le point de départ de l’écriture.


Comment votre message est-il reçu ?
J’ai commencé à parler de cette question dans des conférences. D’abord, ça surprend. Mais je cite toujours scrupuleusement mes sources, qui sont des institutions de références, comme l’ONU et ses agences, et les chiffres parlent d’eux-mêmes. A la fin des conférences, les gens sont contents, soulagés : ce n’est pas ce qu’ils entendent dans les médias ni lisent dans les journaux mais ils sentent que c’est sérieux.


L'article à lire en intégralité ici : http://www.femininbio.com/agir-green/actualites-nouveautes/optirealisme-jacques-lecomte-interview-monde-va-beaucoup-mieux-que-vous-ne-croyez-87256

PS : Je partage beaucoup de choses dans l'esprit "good vibes" que je découvre sur d'autres sites sur la page Facebook de "C'est parti mon kiki".

Si vous souhaitez retrouver C'est parti mon kiki sur Facebook c'est par ici : https://www.facebook.com/Cest-parti-mon-kiki--350169078491/

Bonne journée à tous !

Sophie Lanselle-Cardon, professeur de Yoga : "le yoga, c'est habiter sa matière corporelle, c'est s'aimer et s'accepter tel que l'on est, c'est la présence totale à son geste, c'est être soi."

Aucun commentaire :
Bonjour chers lecteurs,

Comment devient-on professeur de Yoga ? Qu'est-ce que le yoga peut nous apporter dans notre vie?
Je vous invite aujourd'hui à rencontrer mon amie Sophie qui m'a fait découvrir le yoga il y a quelques années et qui nous parle de son parcours et de sa pratique en tant qu'enseignante.


Bonjour Sophie, quelques mots pour te présenter aux lecteurs ?
J'enseigne le Yoga depuis 30 ans ,je suis formée par la Fédération Nationale des Enseignants de Yoga, en Yoga de l'Energie, méthode Roger Clerc.
J'ai également suivie 15 ans de formation en Yogathérapie avec un médecin indien : Docteur BOHLE
depuis 30 ans je me forme à plusieurs techniques qui tournent autour du corps et de la psyché: Shiatsu, Fasciathérapie, Psychologie Positive, Sophrologie, Musicothérapie, Thérapie par l'Argile.

Comment le yoga est-il entré dans ta vie ? Te rappelles-tu de ton premier cours en tant qu'élève ?
J'ai rencontré le yoga avec des livres tout d'abord ,je faisais quelques postures seule chez moi quand j'attendais mon premier enfant .
Puis j'ai suivi des cours après mon deuxième enfant et au bout de trois mois , j'ai décidé de prendre un autre cours en plus avec une disciple de G.Durkheim. Elle m'a vivement invitée à faire la formation de Professeur de Yoga.

Qu'est-ce qui t'as menée vers la voie de l’enseignement du yoga ? Était-ce un souhait que tu avais depuis longtemps ?

Au début j'ai fait la formation par plaisir d'apprendre le Yoga puis après mes quatre années de formation j'ai ouvert mon premier cours chez moi dans mon salon.
Puis j'ai créé mon association en 1986 sur Garches et sur Paris dans le 4ème.


Qu'est-ce qui te fait plaisir dans ce métier ?
Ce qui me plait surtout : c'est cette conscience corporelle qui s'affine d'année en année, puis évidemment le goût de la pédagogie.
Dès mes débuts dans l'enseignement du Yoga, j'ai tout de suite sentie que j'étais chez moi, très à l'aise et surtout que je connaissais le corps de façon très intuitive, ce qui m'aide énormément à placer les élèves dans la posture juste.


Si tu devais compléter cette phrase : Pour moi le yoga c'est....
Pour moi le yoga, c'est habiter sa matière corporelle, c'est s'aimer et s'accepter tel que l'on est, c'est la présence totale à son geste, c'est être soi.


Tu viens d'animer un stage de "Hatha Yoga et Yoga Nidra pour préparer son projet positif pour la nouvelle année". Peux-tu nous en dire plus ? 

Livre : La drôle de vie de Zelda Zonk de Laurence Peyrin

4 commentaires :
Bonjour chers lecteurs,

Comment allez-vous ? Avez-vous passé une bonne semaine ?

Voici le dernier livre que j'ai lu et avec lequel j'ai passé un très bon moment dans un petit village irlandais où l'action est située : La drôle de vie de Zelda Zonk de Laurence Peyrin.

Un jour, Hanna va avoir un accident de voiture. A l'hôpital, elle va rencontrer Zelda Zonk une veille dame avec laquelle elle va nouer une relation de qualité.

A partir de là, Hanna va petit à petit reconsidérer sa vie et s'intéresser de plus en plus à l'identité de Zelda dont l'histoire n'est peut-être pas celle qu'elle raconte...

Et vous, que lisez-vous en ce moment ?

Interview : Carole Fortuna, facilitatrice de communication et de bien-être

Aucun commentaire :
Bonjour chers lecteurs,

"Faciliter le bien-être et la communication", voici des mots qui résonnent fortement en moi. C'est pour cette raison que je vous invite à rencontrer Carole Fortuna, dont c'est la vocation. J'ai découvert le parcours de Carole à travers le Congrès Bulles de Joie et j'ai eu envie d'en savoir plus sur son métier. Bonne lecture !

Bonjour Carole, et si nous faisions connaissance ?
Avec plaisir.

Vous êtes musicothérapeute, animatrice du yoga du rire, formatrice consultante et chanteuse. Qu'est-ce qui vous a amené à développer toutes ces belles cordes à votre arc ?

Cordes… comme les cordes vocales ?
Tout a commencé avec 2 vies que je menais en parallèle : la formation et le chant.

J’ai pendant de longues années cherché le métier me permettant de lier ma passion de l’humain et l’envie de les accompagner dans leur évolution (vers de meilleures compétences, du mieux-être..) et ma passion du chant , de la musique.

Le métier de musicothérapeute ou art-thérapeute à dominante musicale s’est révélé être le métier qui m’était destiné.

En commençant ma pratique de musicothérapeute, je me suis aperçu que ses applications étaient d’excellents outils pour les formations (commerciales, ventes, managériales, relation clientèle, gestion du stress ou gestion de sa voix) que je propose ; en effet ils sont hors cadre et permettent de mener une réflexion plus approfondie sur sa pratique professionnelle. Ce sont de bons compléments à des pratiques professionnelles qui sont somme-toutes toujours les mêmes.

Concernant le chant il est un outil de communication extraordinaire et complète parfaitement mes boites à outils de musicothérapeute, de formatrice et d’artiste.
Comme sur une partition qui est composée de plusieurs mesures , elles-mêmes composées de plusieurs notes, et pour que mon harmonie se créée j’ai ajouté la compétence d’animatrice de yoga du rire.

Le rire fait partie lui aussi de ma vie , il est sonore (vous voyez le lien avec les 3 autres compétences ?), alors le pas à franchir pour le partager avec vous tous, s’est fait facilement.
Si je résume tout cela :  Ensemble, facilitons la communication et le bien-être au quotidien.
Facilitatrice de communication je vous accompagne en musicothérapie, yoga du rire , formation d'entreprise et chant.


Vous avez créé "Comunissons" avec pour vocation de faciliter la communication et le bien être. Racontez-nous !  Auprès de qui et comment intervenez-vous ?

J’interviens auprès de publics différents et c’est la magie et la richesse de mon métier.

Citation du jour

Aucun commentaire :
"Arrête d'avoir peur, 
fais ce qui sonne juste pour toi"


Un documentaire qui donne envie de reprendre sa santé en main : Fat Sick and Nearly Dead

Aucun commentaire :
Bonjour chers lecteurs,

Je suis malade depuis hier et je fais une cure de... documentaires !

J'en ai vu 3 en 2 jours  (sur Netflix) :


" I am not your guru" qui dévoile les coulisses d'un séminaire de développement personnel de 6 jours animé par Tony Robbins


Comment est construit un séminaire de ce genre ? Quelles sont la personnalité et la méthode de Tony Robbins ? Quelles transformations vont avoir lieu pour les participants ?
(Attention, certains passages peuvent être très durs à voir ou entendre). 


"Happy" qui parle des mécanismes du bonheur


C'est une sorte de tour du monde à la recherche des clés du bonheur, mêlé de portraits et témoignages et de découvertes scientifiques notamment dans le domaine de la psychologie positive.


Et celui-ce que je viens de visionner à l'instant : Fat Sick and Nearly Dead, qui est visible ci-dessous en 2 parties sous-titrées en français.

Joe Cross est un jeune homme australien de 41 ans en surpoids qui souffre d'une maladie auto immune, urticaria. Il a testé de nombreuses approches thérapeutiques en vain. Afin de reprendre sa santé en main, il décide de suivre un régime uniquement composé de jus de fruits et légumes pendant 60 jours.

Cela va changer sa vie et pas seulement la sienne. En chemin, il va inspirer d'autres personnes à faire de même.

Pourquoi, alors que nous savons que certaines habitudes alimentaires que nous avons ne sont pas bonnes pour notre santé, nous continuons de les adopter ?
Comment passer à l'action et décider de changer ses habitudes ?

C'est une très belle aventure humaine à regarder, et inspirante. 

Cela me donne envie de refaire des jus et de prendre ma santé en main !


Interview : Hanine auteur du blog Goodbye Comfort Zone nous raconte une année de défis personnels

Aucun commentaire :
Bonjour chers lecteurs,

Quand êtes-vous sortis de votre zone de confort pour la dernière fois ? Il y a quelques mois j'ai découvert Hanine à travers son blog "Goodbye Comfort Zone". Hanine s'est lancé des challenges pendant un an. Cela m'a beaucoup intéressée et j'ai proposé à Hanine de nous raconter son aventure.
Bonne découverte !


Bonjour Hanine,  quelques mots pour te présenter aux lecteurs ?

Je m’appelle Hanine, j’ai 29 ans et je suis un passionné de développement personnel et de PNL.
J’aime voir la vie comme un jeu aux possibilités infinies où chaque action en dehors de notre zone de confort mène à une aventure extraordinaire. J’ai créé le blog Goodbye Comfort Zone afin de partager mes expérimentations, mes défis et mes propres stratégies pour vivre une vie extraordinaire selon ses propres termes.


Tu t'es lancé le défi de sortir de ta zone de confort en réalisant un challenge par jour pendant 365 jours. Avant tout peux-tu nous expliquer la notion de "zone de confort" ?

La zone de confort désigne notre espace de sécurité, d’habitudes et de routines. C’est une bulle familière propre à chacun où nous nous sentons en pleine sécurité.

En développement personnel, la zone de confort symbolise une « prison dorée » dont les barreaux sont une peur souvent irrationnelle qui nous empêche littéralement de nous épanouir, d’apprendre de nouvelles choses, de rencontrer de nouvelles personnes, de vivre de nouvelles expériences… Bref, qui nous empêche d’accéder à 100% de notre potentiel et de vivre une vie digne d’être vécue !



Comment a germé cette idée en toi de te lancer des défis à travers "Goodbye Comfort Zone"? Comment t'es tu organisé pour la mettre en oeuvre ?

Tout a commencé fin 2015. J’ai commencé par arrêter le sucre pendant 30 jours, suivre un programme quotidien d’entrainement au poids du corps pendant 12 semaines, arrêter définitivement de suivre les actualités, courir 10km par semaine, me réveiller à 5h45,… En peu de temps, la plupart de ces défis se sont transformés en simples routines.

Ma vie était devenue une sorte de laboratoire où je repoussais constamment mes limites. J’ai décidé début février 2016 de créer un blog pour partager ces premiers challenges et leurs résultats extraordinaires sur les différents niveaux de ma vie.

En créant mon blog, j’ai également ouvert des comptes sur différents réseaux sociaux. Je pouvais partager mes articles sur Facebook et Twitter mais je devais trouver un contenu original à partager sur Instagram. C’est comme ça que le passage à des défis quotidiens s’est amorcé avec une photo avec la carte Goodbye Comfort Zone.


365 jours se sont écoulés... Comment te sens-tu aujourd'hui ? Bien que ce soit encore "frais", que retires-tu à ce jour de cette expérience ? Qu'est-ce que cela t'as apporté que tu n'imaginais pas ? Quels retours t'ont fait tes proches ?

C’est l’expérience la plus intense et la plus gratifiante de toute ma vie et et de loin. Pourtant j’en ai fait du chemin sur le plan du développement personnel ces dix dernières années.

Depuis le 31 décembre et la conférence via live Facebook que j’ai donné, j’ai consacré une majeure partie de mon temps libre à mettre à jour le blog et à préparer l’étape suivante pour Goodbye Comfort Zone. J’ai pu relire tous les articles avec parfois beaucoup d’émotion. Cette expérience m’a permis de mieux me connaitre. 

Lorsque j’ai lancé le projet Goodbye Comfort Zone, je n’en ai parlé à personne dans mon entourage, sauf à quelques amis triés sur le volet. La plupart de mes proches, amis et collègues ont fini par le savoir par effet ricochet et leurs retours n'en furent que positifs et encourageants.

Aujourd'hui, quand on me demande quel est mon objectif de vie,  je n'ai pas peur de répondre : « vivre la vie la plus extraordinaire qu'un être humain n'est jamais vécue, selon mes propres termes ».


Penses-tu que pour se développer, sortir de sa zone de confort soit un passage obligé ? Penses-tu qu'apprendre passe forcément par un certain dépassement de soi ?